Solène Hensel

J’ai obtenu un Master en kinésithérapie en 2010.  Lors de ma dernière année d’études, j’ai suivi en parallèle une formation en drainage lymphatique manuel. Ayant choisi pour mémoire la rééducation kinésithérapeutique chez les patientes opérées d’un cancer du sein.

Dès le début de ma carrière, je me suis intéressée de loin à la microkinésithérapie. Je l’ai laissée dans un coin de ma tête et ai poursuivi ma route en tant que kiné, non sans m’enrichir de quelques autres formations telles que la thérapie manuelle du nourrisson, la kiné respiratoire, la méthode Niro Mathé, le crochetage et trigger points,…

J’ai eu l’occasion de partir travailler un an en France, à Nice, année au cours de laquelle aux détours de quelques rencontres professionnelles la microkinésithérapie s’est représentée à moi.  J’ai à ce moment pris des renseignements quant à la formation nécessaire et me suis documentée de façon plus investie.

Lors de mon retour en Belgique, je suis allée voir une micro kinésithérapeute pour ma fille. Ce qui était sans conteste, outre une séance thérapeutique pour elle, un test pour moi ; à savoir si oui ou non j’allais me lancer dans trois années de formation.

Ce fut alors une évidence, je me suis empressée de m’inscrire au cursus de l’Association Belge des Microkinésithérapeutes qui commençait l’année suivante ! Depuis, je professe en tant que microkinésithérapeute mais exerce toujours la kinésithérapie.